Rechercher
  • amelie.bzh.ch

Qu’ont en commun un triangle et la lumière?

Hum, difficile à dire dans la vie courante... Mais en photographie, c'est tout autre, on pourrait même dire qu'ils ne font qu'un 🤗


La photographie, c’est le bon dosage de lumière. Pour mieux comprendre, l’appareil photo est comme une boîte noire avec un capteur sensible à la lumière (l’ISO) et un couvercle que l’on peut plus ou moins ouvrir (l’ouverture), pendant plus ou moins de temps (la vitesse d’obturation). Ces trois paramètres règlent en photographie l’exposition des objets à la lumière, c’est le triangle d’exposition.


Lorsque l’appareil est en mode Auto, il va équilibrer ces trois paramètres pour atteindre l’exposition la plus juste.

L’équilibrage est fait par le programme selon le mode de mesure de l’exposition. Plusieurs modes existent et peuvent particulièrement influencer la manière dont la photo est exposée. J’en parlerai dans un autre article.


L’ISO

C’est la sensibilité à la lumière de l’appareil photo. L’ISO est défini par le capteur du boîtier de l’appareil photo.

Plus ce chiffre est élevé, plus le capteur réfléchira la lumière. L’ISO commence à 100 voire même un peu moins pour certains appareil et peut monter jusqu’à 6400, voir même dépasser 20 000 dans le cas d’appareil professionnel.


Pour les appareils photos argentiques, l’ISO était déterminé et imposé par la pellicule.


En général, je fixe l’ISO à 100 pour toutes les photos qu’elles soient prises de jours ou de nuit.


Monter en ISO n’est pas toujours idéal car cela amène du « bruit », qui se traduit par des grains dans l’image. Toutefois, l’effet peut parfois être intéressant avec les grains pouvant créer un effet peint. Comme c’est le cas de cette photo à droite, dont je parle aussi dans ma rubrique Fav’Pics, l’ISO avait été (je l’avoue) accidentellement monté à 400 ISO, mais cela laisse cette texture si particulière sur l’eau en plus de l‘effet longue exposition.


L’ouverture

L’ouverture correspond à la quantité de lumière qui va entrer dans l’appareil et provient de l’objectif. L’objectif est constitué d’un obturateur, qui pourrait se schématiser par un disque noir avec un disque ouvert au centre. Bien évidemment plus ce disque ouvert est grand, plus la lumière va rentrer dans le capteur.

Attention pour l’ouverture, plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande, car ca fonctionne en fraction 🤓 Par exemple, l’objectif Tokina est ouvre au maximum à f/2.8, le Sigma 18-200mm lui ouvre au maximum à f/3.5 et à f/6.3 selon la distance focale (ou le zoom). Pour un objectif zoom, plus la distance focale est élevée, plus l‘ouverture maximale sera en générale réduite. L’ouverture maximale est indiquée souvent à l’avant de l’objectif au niveau de la lentille ou sinon au niveau de la molette du zoom.


Pour les photos de paysages, j’utilise une ouverture en générale à f/22, car cela permet de voir en profondeur. Mais lorsqu’un sujet au premier plan et proche de moi doit être mis en valeur alors c’est une grande ouverture que j’utilise


Prenons l’exemple ci-dessous, il s’agit du même point de vue mais à deux ouvertures différentes. Les photos n’ont pas été retouchées, mais seulement coupées et assemblées pour les comparer.

  • A gauche: ouverture f/3.5, la fleur en premier plan et les insectes se distinguent de l’arrière plan flou. C’est idéal pour mettre en valeur le sujet et donc pour les portraits

  • A droite: ouverture f/22, la fleur n’est plus aussi distinguée et on voit clairement la chaine de montagne en toile de fonds. La photo est moins lumineuse. C’est idéal pour placer le sujet dans son contexte, on ne se concentre plus uniquement sur celui ci. Je l’utilise beaucoup pour du paysage.

Le mode semi-automatique Av (ou AP selon les appareils) permet de fixer l’ouverture. L’ISO (si il n’a pas été fixé, mais je le fixe en général à 100) et la vitesse d’obturation se régleront automatiquement pour équilibrer l’exposition.



La vitesse d’obturation

Comme l’ouverture, la vitesse d’obturation vient du mécanisme de l’objectif. C’est la durée pendant laquelle l’obturateur sera ouvert. Plus cette durée est longue, plus il va y avoir de la lumière à entrer dans le boîtier et aussi des images successives captées.

Comme l’ouverture, la vitesse d’obturation est indiquée en fraction dans le capteur donc 8 voudra dire un huitième de seconde. Lorsque l’appareil photo atteint des secondes, cela est indiqué pour une seconde avec 1’’.


La vitesse d’obturation est un paramètre utile pour figer les mouvements (vitesse élevée) ou laisser une impression de mouvement (vitesse faible).


Quelques exemples


A vitesse rapide, par exemple pour photographier les vagues, comme cette photo de Fav’Pics, il est indispensable d’atteindre une vitesse d’obturation élevée pour pouvoir ainsi figer les vagues... (ici, la vitesse était à 1/200s).




A vitesse lente, et donc un temps de pause long, peut aussi donner de joli effet et rendre compte des mouvements qui sont passés pendant ce laps de temps comme par exemple le passage voitures de nuit ci-dessous devant la gare de Lausanne.



Une vitesse lente peut aussi amener des jolis effets sur l’eau, en lui donnant cet aspect cotonneux.

Le mode Tv (Priorité vitesse) fixe la durée d'exposition. L'ISO, sauf s'il a été fixé, et l'ouverture seront réglés automatiquement pour équilibrer l'exposition de l'image.

J'espère que cet article vous aura éclairci sur les différents modes semi-automatiques de l'appareil photo et qu'il vous aidera à explorer les multiples possibilités de votre appareil.

0 commentaire
© 2020 Amélie Séguin - amelie.bzh.ch